Le risque chimique

Personne ressource


 L'ACMO pourra vous indiquer :

  • où se trouvent les fiches de données de sécurité et comment les utiliser
  •    
  • comment lire les étiquetages des flacons de produits chimiques
  •    
  • comment utiliser les équipements de protection collective
  •    
  • quels sont les équipements de protection individuelle appropriés pour vos manipulations
  •    
  • où et comment stocker les produits chimiques
  •    
  • comment trier et éliminer les déchets chimiques    
  •  

Les risques liés aux propriétés physico-chimiques

 

Ces risques peuvent être appréhendés grâce à la connaissance du point éclair (température minimale à laquelle il faut porter un liquide pour que les vapeurs émises s’enflamment en présence d’une flamme), du point d’auto-inflammation (température à partir de laquelle les vapeurs émises par une substance s’enflamment spontanément sans apport d’énergie), et des limites d'explosibilité.

D'autres propriétés intrinsèques (acide, base, oxydant, réducteur…) doivent être considérées lors du mélange de deux produits chimiques.     

Les effets liés aux propriétés toxiques

 

Les différentes voies de pénétration des toxiques dans l’organisme sont les voies respiratoire, orale, cutanée et cutanéo-muqueuse.

Les effets peuvent être :
 

  • immédiats ou différés
  •    
  • réversibles ou irréversibles
  •    
  • aigus (observés après 15 minutes), subaigus (observés après 2 semaines), ou à long terme et/ou chroniques
  •  
Les valeurs limites d’exposition peuvent renseigner sur les effets éventuels prévisibles d’une exposition ; en parler à votre ACMO.  

 

Les produits cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction

 

Les étiquettes de ces produits (dits CMR) indiquent les phrases R suivantes : R 40, R45, R46, R49, R60, R61, R62, R63, R64 ou R68.

 

La mise en œuvre de CMR conduit au respect de dispositions spécifiques comme l’évaluation de l’exposition, la limitation des quantités utilisées et des personnels exposés, le contrôle du respect des valeurs limites, la formation et l’information adaptées des personnels, la surveillance médicale renforcée…

Les produits cancérogènes sont classés en trois catégories, correspondant à trois niveaux de risques décroissants : de la catégorie 1 (cancérogène avéré) à la catégorie 3 (cancérogène possible).  

  

L’étiquette et la fiche de données de sécurité (FDS)

 

L’étiquette est la première source d’information sur la dangerosité d’un produit chimique. Chaque manipulateur doit lire l’étiquette d’un produit chimique avant toute utilisation.

 Les principales informations fournies sont :
  • le nom du produit
  •    
  • l’identification du fabricant ou de l’importateur
  •    
  • le ou les pictogrammes de danger
  •    
  • la ou les phrase(s) de risques, numérotée(s) de R1 à R68
  •    
  • le(s) conseil(s) de prudence, numéroté(s) de S1 à S64
  •  

En cas de reconditionnement, le nouvel emballage doit toujours être étiqueté de façon lisible et complète : nom du produit, nom du fabricant, concentration, date de reconditionnement.

Attention : l’absence de pictogramme de risque ne signifie pas l’absence de risques !

Pour tout produit détenu, le laboratoire doit avoir une FDS sous format papier disponible auprès de l'ACMO.

    

Les bonnes pratiques de laboratoire

     
  • Remplacer les produits dangereux par des produits moins dangereux
  •    
  • Travailler avec du matériel en bon état (verrerie, montage, appareillage)
  •    
  • Utiliser et privilégier les moyens de protection collective (sorbonnes, hottes chimiques…)
  •    
  • Porter les équipements de protection individuelle (EPI) appropriés : blouse en coton, lunettes de protection, gants résistants aux produits manipulés, masques à cartouches filtrantes…
  •    
  • Respecter certaines règles d’hygiène (ne pas fumer, manger ou boire dans les lieux où l’on manipule, ne pas conserver de la nourriture et des boissons dans les réfrigérateurs contenant des produits chimiques)
  •    
  • Ne pas effectuer des mélanges inconnus qui peuvent être incompatibles, surtout lors de la collecte des déchets
  •    
  • Procéder à des essais préliminaires sur des quantités aussi faibles que possible, lors de l'emploi de techniques ou de substances nouvelles
  •    
  • Préférer l’achat d’un produit déjà en solution (acrylamide, BET…) à sa préparation par pesée de produits pulvérulents toxiques avant la mise en solution
  •    
  • Ne jamais travailler seul  
  •  

Le stockage des produits chimiques dangereux

 

Ils doivent être entreposés dans des locaux aménagés spécialement (ex : bunker à solvants). Au sein du laboratoire, les produits inflammables doivent être détenus en quantités limitées (la consommation de deux jours de travail), et rangés dans des armoires de sécurité ventilées.

Les poisons et les produits toxiques doivent être détenus sous clef. Les produits à conserver au froid doivent être stockés dans des réfrigérateurs sécurisés.


  

Cette fiche est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.    


Catégories :

Espace adhérent

Accessible aux personnes à jour de cotisation de l’année en cours

Identifiant

mot de passe

Mot de passe oublié


Catégories

Dernières Actualités

05 FEVRIER 2012 : Ouverture des inscriptions aux 29èmes journée de l'ADHYS "Santé au travail : Comment prendre en compte les risques psychosociaux" les 29 et 30 mars 2012 à l'université de Lorraine (Metz).

Journées/tables rondes

2011 : Les risques biologiques : Préoccupations actuelles et prévention
2010 : Le risque chimique : Préoccupations actuelles et prévention
2009 : Facteur humain et prévention